Politique locale : crise des vocations ?

Le jeudi 2 février, les Dossiers de France 3 ont proposé une soirée-débat intitulée : "Politique locale : crise des vocations ?", sur laquelle j’étais invité, avec Michel Noir, ancien maire de lyon et ancien ministre, Annie David, sénatrice PCF de l’Isère et conseillère municipale, Alain Faure, professeur de sciences politiques à l'IEP de Grenoble, spécialisé des questions relatives aux mandats locaux, Jean Furtos, psychiatre à l'hôpital du Vinatier de Bron (Rhône).

Il vient de réaliser une étude sur la souffrance des élus municipaux, Michèle Vullien, maire apparentée UDF de Dardilly (Rhône), conseillère générale et vice-présidente au Grand Lyon, Jean claude Charvin, maire DVD de Rive-de-Gier (Loire), Bruno Rojouan, président départemental de l'association des maires de l'Allier, Guy Hernandez, conseiller municipal à Echirolles (Isère).

Quelles sont les compétences et les qualités requises pour exercer aujourd'hui un mandat électoral de maire ou de conseiller général ?

Quelles sont les motivations de nos élus locaux ?

Pourquoi ont-ils décidé d’entrer en politique ?

Conseillers municipaux, maires, conseillers généraux et régionaux...

La France compte aujourd’hui plus de 500 000 conseillers municipaux et 36 674 maires. Depuis 2004, on dénombre également 3 861 conseillers généraux et 1 671 conseillers régionaux.

Plus d’un électeur sur 100 est donc un élu. Engagés, dévoués à la chose publique, passionnés… qui sont ces élus locaux du 21 ème siècle ?

Quel est leur profil ?

Un mandat électif n’est plus uniquement synonyme d’honneurs ou de pouvoir. Aujourd'hui, la montée en puissance des collectivités locales entraîne une technicité grandissante de la fonction des élus. Une technicité qui s’accompagne également d’une responsabilité accrue.

Les représentants locaux sont de plus en plus partagés entre nécessité d'agir et impuissance, écrasés par le poids des responsabilités. Certains élus, notamment les maires, se sentent bien seuls.

Sans attendre d'avoir terminé leur mandat, des édiles n'hésitent pas à jeter l'éponge, se libérant d'une charge devenue bien trop lourde pour leurs épaules...

L’association des petites villes de France (APVF) vient à ce propos de publier un rapport alarmant, à la suite d’une enquête réalisée entre juin et octobre 2005. Elle souligne, dans son livre blanc, que les maires, maires-adjoints et conseillers interrogés ont un sentiment de découragement profond.

Sentiment lié à un décalage de plus en plus grand entre les responsabilités à assumer et les moyens mis à leur disposition. A quelques mois des élections présidentielles et à deux ans des élections municipales, s’achemine-t-on vers une crise des vocations électives ?

Statut, rémunération, responsabilités accrues et marges de manœuvre: quelles sont en 2006 les conditions concrètes d'exercice de la fonction d’élu local ?

Qui seront les représentants de demain ? La politique fait-elle encore rêver ? Autant de questions qui ont été abordées ce 02 février dans Les Dossiers de France 3.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.