Les Français sont-ils dévots ?

En ce jour, les Français ont été troublés par leurs préjugés et leurs peurs, est dans l'impossibilité de connaître leur propre nature, de cultiver la raison, de faire des expériences, ils ont craint une vérité dès qu'elle ne s'est plus accordée avec des positions traditionnelles, garantissant une certaine sécurité dans ce train-train de la vie politique française.

Tout concourt à rendre le peuple partisan ; mais tout s'oppose à ce qu'ils soient humains, raisonnable, vertueux, voir audacieux.

Une certaine raison politique ce soir, me semble avoir eu pour objet de rétrécir l'esprit des hommes et par la même leurs cœurs.

Cet aveuglement, cette démagogie, participent largement à consolider l'acceptation du système de bipolarité que l’on nous inflige depuis des mois et des années, par voix médiatique dans notre beau pays.

La maturité d'un peuple en démocratie suppose qu’un jugement doit être étayé par des informations concrètes, par des expertises et des expériences.

Les médias se sont contentés principalement du sensationnel des faits divers, n’abordant que très rarement les grandes problématiques que tout gouvernement doit affronter.

Les Français sont des «veaux» et d'éternels Sans- culottes, disait De Gaulle.

La lutte des partis traditionnels, n’a pas fait de place à la possibilité d’une coalition.

Pourtant, 55 pour cent des Français évoquaient avant ce premier tour, le désir d’une coalition gauche droite type Merkel.

La coalition de principe que ces parties dit traditionnels ont eu pendant cette campagne de premier tour, à eu raison de la peur que ce type de gouvernement tombe dans l'inertie.

Pendant des dizaines d'années, sous la cinquième république, on a cru que l'opposition droite gauche était justifiée par un fossé énorme entre les "forces" de gauche et "forces de droite".

Et puis il y'a eu 1981...

Les cohabitations : un président de droite avec un premier ministre de gauche, un président de gauche avec un président de droite, les deux ont été essayés.

Et ce soir les résultats sont là : les français ont-ils eu peur de reproduire ces situations ?

Mais il est vrai que le système français n'a rien à voir avec le système allemand, fédéral et parlementaire.

La nécessité d'une "coalition" à l'Allemande n’aurait donc pu survenir que dans un cas extrême, et à premières vues, et selon la réplique du vote des français, cette situation n’est donc pas encore atteinte.

Alors ne comparons plus l'incomparable… Cqfd…

Par ailleurs, la culture politique française à toujours était une culture d'affrontement, d'opposition violente, de crises, de démissions, de portes qui claquent, de dissolution, et du pouvoir de la rue...

Ce n’est pas une culture de coopération entre partis politiques : ceux qui accepteraient cette logique seraient vite traités de "collabos" et de traîtres à la cause de l’autre, car pour plagier l’un des finalistes, si vous n’êtes pas avec moi, vous êtes contre moi…

Pourquoi ne pourrait-on pas être en politique du côté des idées plutôt que des amitiés ?

Pourquoi ne pourrait-on pas s'encarter à deux partis (ou plus) ?

Pourquoi ne pourrait-on se réunir sur nos 80% que l'on partage plutôt que de nous combattre sur les 20% qui nous divisent ?

Aurais-je eu le tort de croire que les Français avaient enfin acquis la maturité nécessaire et propice, qu’ils préféraient s'opposer plutôt que de débattre et agir ensemble…

Ils n’y sont donc pas encore tout à fait prêt...

Les résultats de ces votes m'étonnent malgré tous positivement, avec cette formidable participation citoyenne, dut peut être au précédent du 21 avril 2002, à un admirable engouement pour cette responsabilité démocratique ou à ce vote dit « utile » : ou peut-être les trois ensembles

Devant tout pouvoir qui exige allégeance et sacrifices de toute nature, la tâche du penseur est l'audace, l'intrépidité, l'impertinence, l’indocilité et l'insoumission.

Vigilant et indocile, et bien que convaincu du caractère désespéré de sa tâche, il se doit d'incarner la résistance devant le Léviathan, qui contribue à fonder la politique sur la vérité effective des choses, et ses porteurs d'eau.

Pour être heureux, devons nous devenir impie et athée en matière politique, en cultivant par la même l’inconscience ?

Je ne le souhaite pas…

John Stuart Mill disait d’un État qui rapetisse les hommes pour en faire des instruments dociles entre ses mains, même en vue de bienfaits, que rien de grand ne saurait s'accomplir.

Soyons donc vigilant à l’égard des deux finalistes, car malgré ma déception du moment, je ne deviendrais pas ce dévot qui, sous une reine ou un roi athée deviendrait lui même athée, car malgré tout le paysage politique a entamé sa mutation vers un changement qui sera peut être laborieux, certes, mais qui un jour, dans mon espoir, sera effectif

Commentaires

1. Le lundi 23 avril 2007, à 07 h 35 par yapdouap

je suis très inquiet pour la suite des évenements.
Surtout ne changer rien, tout va bien

2. Le lundi 23 avril 2007, à 09 h 15 par yo

Moi aussi je suis déçu et inquiet. Comment près d'une personne sur trois a pu voter pour un individu prônant le nombrilisme, le repli sur soit et le sacrifice de nos droits individuelles sur l'autel du tout sécuritaire... J'en ai froid dans le dos.

3. Le lundi 23 avril 2007, à 15 h 05 par Nath

Quelle déception que cette belle mobilisation civique ait eu pour résultat le plébiscite d'un démago mégalo; dont l'état major, comble de l'ironie, se félicite d'avoir fait reculer l'extrême droite !?
Et personne ne se demande comment ? Ce n'est sûrement pas le côté fleur bleu de son discours qui a valu à Sarko les bonnes grâces de l'électorat extrémiste...
Je suis écœurée... et franchement inquiète.
Piètre consolation que de penser que dans 5 ans nous pourrons nous vanter d'un "je vous avais prévenu" lorsque nous nous réveillerons avec la tête au carré, les poches vides et mal au derrière !
Comme j'aimerais avoir tord !

4. Le mardi 24 avril 2007, à 08 h 54 par Nico

Le 'miracle' allemand de la coalition Merkel n'en n'est pas un, et n'est pas autant une réussite comme tu semble le dire :
http://www.lesechos.fr/info/analyse...

Ton discours centriste est bien beau et bien utopique, mais pour moi il existe une différence fondamentale entre mettre l'accent sur le social et l'avenir (l'éducation) comme le fait Segolene Royal, et la libéralisation liberticide que pronne Nicolas Sarkozy. Faire un peu des deux, ne me semble ni réaliste, ni même souhaitable.

5. Le mardi 24 avril 2007, à 15 h 51 par Stéphane GEMMANI

@ Nico,

(dans ce billet) :

" Mais il est vrai que le système français n'a rien à voir avec le système allemand, fédéral et parlementaire.

La nécessité d'une "coalition" à l'Allemande n’aurait donc pu survenir que dans un cas extrême, et à premières vues, et selon la réplique du vote des français, cette situation n’est donc pas encore atteinte.

Alors ne comparons plus l'incomparable… Cqfd…"

Nous sommes donc d'accord au moins sur ce point...

Pour ce qui est de faire émerger une véritable coalition d'idées constructives et non sectaires, vous pouvez ne pas y croire...

Personnellement, vous l'aurez compris, j'y aspire et j'y travaille.

Enfin, je ne suis pas centriste Nico, mais Gaulliste. Et le Gaullisme, c'est une "résistance" pragmatique et active.

Cordi@lement

6. Le mercredi 25 avril 2007, à 07 h 33 par Michel

OUF, me voilà soulagé !
Soulagé par le nombre de participant,
Soulagé par le score de Le Pen, le plus faible depuis plus de 20 ans …
Soulagé par le score de Bayrou,
OUF, nous a vons échappé à un second tour Sarko-Le Pen
OUF, nous avons échappé à la bipolarisation droite-centre droit made in US ou made in UK,
OUF nous voilà dans un schéma spécifiquement français droite-gauche qui est le vrai choix politique alternatif.
Va-t-on enfin assister à un regroupement « narurel » des forces de gauche, forces progressistes s’il en est, ou chacun apporterait sa spécificité, tout en participant à un large rassemblement.
Va-t-on enfin voir le parti majoritaire de gauche accepter sincerement les diversités de ces apports dees « autres » gauches.
Aujourd’hui nous bénéficions des « acquis » des luttes des nos parents : la sécu par répartition, la retraite id, l’accès à l’éducation, aux communications, aux énergies, sous le terme de « service public ».
La droite veut remettre tous ces acquis en cause pour que le dynamisme économique, sous la forme de l’ultra libéralisme dominé par les financiers internationaux (les fameux fonds de pensions) aille enrichir cette « classe sociale » nouvelle : les actionnaires milliardaires et millionnaires !
Alors, oui, je me dis qu’il y a de l’espoir ! sinon de changer le système économique, du moins de garder un certaine justice attachée aux idéaux progressistes de la Gauche française !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

1. Le lundi 23 avril 2007, à 09 h 16 par Mon Saint-Egrève

Pour qui a voté Saint-Egrève ?

Le premier tour de l'élection présidentielle a donc eu lieu ce dimanche. Sauf recours auprès de la commission électorale qui invaliderait le résultat, nous devrions donc retrouver au second tour M.Sarkozy et Mme Royal. Mon Saint Egreve était......

2. Le lundi 23 avril 2007, à 09 h 16 par Les Mots d'Icy

Allez Voter !!

Aujourd'hui il va faire beau et chaud (célèbre contrepèterie) et il y a le premier tour des élections présidentielles. Le beau temps ne doit pas vous empêcher d'aller accomplir votre devoir civique. Les bureaux de vote sont tous ouverts à......

3. Le lundi 23 avril 2007, à 14 h 01 par Les Mots d'Icy

Duel Droite-Gauche, le retour

Donc ce sera de nouveau à un duel droite-gauche auquel nous serons conviés dimanche 6 mai pour le second tour des élections présidentielles. Sarko contre Ségo, tel sera notre choix. Mais une mauvaise nouvelle ne venant jamais sans une bonne,......

4. Le lundi 23 avril 2007, à 15 h 24 par GreBlog MonGrenoble Grenoble, le blog local citoyen de

Les résultats du 1er tour de la présidentielle à

La clarté des résultats du 1er tour marque en définitive une réconciliation des Français avec la politique, notamment par un retour choisi du clivage "gauche-droite" traditionnel et le triomphe de la bipolarisation. Les deux grands perdants de ce...

5. Le mardi 24 avril 2007, à 15 h 24 par jeunespop38

jeunespop38

...