Dérouler les implications du droit au logement opposable

Le Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD) a publié en mars 2008 son treizième rapport intitulé: "Dérouler les implications du droit au logement opposable".

Le HCLPD plaide notamment pour la création de petites structures dotées de moyens leur permettant d'accueillir les personnes dans des conditions plus respectueuses de leur intimité. En effet, selon le Comité, "trop de structures restent aujourd'hui composées de dortoirs où les sans-abri ne souhaitent pas aller".

Le Haut Comité demande également que les centres de stabilisation soient accessibles à tous, y compris ceux possédant un animal. Il déplore le manque de maisons-relais, qui sont des dispositifs adaptés pour aider à la reconstruction de la personne.

Critiquant les délais exagérés de production de structures d'hébergements et de logements, le Comité propose la création d'une « procédure d'urgence sociale » qui serait prononcée par le préfet pour toute création ou extension de structures d'hébergement et de maison-relai mais également, quand le contexte le justifie, pour la production de logements locatifs sociaux.

Ce "classement en urgence sociale" permettrait, entre autre, d'engager la compétence de l'Etat dans la délivrance du permis de construire et d'obtenir une priorité d'examen par l'administration de celui-ci ainsi que de la demande de financement.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.