Voici ma nouvelle tribune pour le groupe MoDem dans les Nouvelles de Grenoble de ce mois.

cumulsmall-294b8-b0000.jpg On nous répète à longueur de temps, que le cumul des mandats et de certaines fonctions permet au législateur et plus largement aux responsables politiques, de demeurer les pieds sur terre, au contact du terrain, toujours proche de la société et de ses problèmes...

C'est surtout une chimère française, moins importante, voire marginale chez nos voisins.

En Grande-Bretagne, seuls 15 % des parlementaires détiennent un mandat local. Outre-Rhin, les situations de cumul sont rares. Une partie des Länder suspendent les indemnités de leurs élus qui siègent au Bundestag. En Espagne, les députés n’ont pas le droit d’être élus dans un Parlement de communauté autonome. Les sénateurs ont cette faculté, mais ils ne perçoivent alors que leur indemnité parlementaire. L’Italie connaît une situation intermédiaire. Députés et sénateurs n’ont pas le droit d’être conseillers régionaux.

Chez les nations que l’on appelle, avec parfois condescendance, les nouveaux pays de l’Union, le cumul des mandats est rigoureusement interdit. C’est notamment le cas des républiques baltes et d’Europe centrale, ou bien encore à Malte et à Chypre. Il en va de même en Norvège. Le cumul des mandats est pratiquement impossible au Portugal. La législation danoise ne prévoit rien en ce domaine. Une attitude qui ne saurait être assimilée à du laxisme, car là-bas, ce sont les partis politiques qui se chargent d’empêcher ce cumul. Une responsabilité également assumée par les formations politiques hollandaises.

Hors d’Europe, la législation nord-américaine est très stricte, interdisant le cumul d’un mandat fédéral et de fonctions locales. Une séparation des pouvoirs qui nous paraît bien exotique.

En France, le parlement devient une sous assemblée à cause de ce cumul des mandats.

Les Français, à une large majorité, déconsidèrent la/le politique, estimant que ses multiples candidatures n’ont plus rien à voir avec un engagement sincère. De même, il n’est pas sain pour la vie démocratique qu’une même personne puisse rester à la tête d’une collectivité pendant 20 ou 30 ans.

Quand donc voudrons-nous bien entendre ces propos simples : un responsable qui a de multiples casquettes, élu local et élu national, présidents de communautés de communes, conseillers régionaux, conseillers généraux… remplit correctement, voir consciencieusement son premier mandat, et quand il le peut, quand sa fonction municipale, départementale, ou régionale, lui en laisse le temps, le second.

Alors, au local, quand est-ce qu’on s’y met ?

Commentaires

1. Le dimanche 13 décembre 2009, à 18 h 40 par guillon

Les 382 maires, entre les 752 parlementaires cumulards ….. (keg)

Quel impair !

Sur les 920 élus nationaux et apparemment ces 382 maires « honteux de l’être » (« cumulards ») si on en croit les 865 « omertasiens » sur la question (rien qu’un tout petit 98% sur les 886 invités à répondre), qui sont eux aussi pour 370 « omertasiens » (dans les mêmes proportions)

Ils sont donc 382 maires, parmi lesquels 188 (près de 50%) sont « victimes de l’écrêtage » « imposé » au cumul de leurs indemnités « locales + Nationales » et fixé à 8 126 € par mois.
Ils ont donc la lourde responsabilité (apparemment la plus rude et la plus stressante démarche de leur mandat) de désigner le ou les bénéficiaires dudit écrêtage, au delà des 8 126 € « autorisés ».
Creusez pour voir qui est assistant parlementaire, secrétaire parlementaire ou plus simplement quel proche est bénéficiaire « auto désigné » de cette manne….. à bon compte.
Surprise, surprise….. !
11 (3%) ont déjà en « cumuls locaux d’indemnité », l’équivalent ou plus des indemnités parlementaires…. de 5 444 €

La palme dudit écrêtage revient au tiercé gagnant des maires cumulards : 138 – 348 - 250
Les N° étant ceux correspondants au fichier général du « cumul des parlementaires »
http://dl.free.fr/fLUesu8LF (ouvrir et transférer sur votre disque dur)

N° 138 Philippe DURON (13 760 €) Député PS de Caen Ouest, député élu en 2007, Maire de Caen (114 000 habitants) et accessoirement conseiller général du Calvados et conseiller Régional de Basse Normandie. Cumul d’indemnités locales = 8 316 €
Cumul de 3 mandats locaux et « perçoit » 13 760 € mensuels pour 4 mandats dont il ne garde que 8 126.
Les 5 634€ d’écrêtage sont alloués à qui ?
AVISE – sans accusé de réception et encore moins de réponse

Suivi, en seconde position, par une légère encolure d’écart, par :

N° 348 Guy TESSIER (13 025 €) député UMP de la 12éme Circonscription de Marseille, député réélu au 1er tour en 2007, Maire de Marseille 5 (798 021 habitants) et accessoirement conseiller général des bouches du Rhône. Cumul d’indemnités locales = 7 582 €
Cumul de 2 mandats locaux et « perçoit » 13 025 € mensuels pour 3 mandats dont il ne garde que 8 126.
Qui bénéficie des 4 899 € écrêtés ?
AVISE – ayant accusé de réception mais pas de réponse

Et ex æquo :

N° 250 Roger MADEC (13 025 €) sénateur PS de Paris, maire d’arrondissement de Paris (200 000 habitants) et accessoirement conseiller général de Paris. Cumul d’indemnités locales = 7 582 €
Cumul de 2 mandats locaux et « perçoit » 13 025 € mensuels pour 3 mandats dont il ne garde que 8 126.
Qui bénéficie des 4 899 € écrêtés ?
AVISE – sans accusé de réception et encore moins de réponse

Ces 382 maires « cumulards » (67% du total des parlementaires « cumulards »), cumulent à eux seuls
• 70% des 549 mandats communaux
• 28% des 240 mandats départementaux (avec 67 mandats à leur actif)
• 17% des 83 mandats régionaux (avec 14 mandats à leur actif)
• cumulent aussi 1,500 millions € au niveau « indemnités locales »

La répartition de ces 382 maires « cumulards » se fait selon
• UMP 220 (58%) pour 644 505 € « cumuls d’indemnités locales » (56%) – Zéro réponses
• PS 112 (29%) pour 363 670 € « cumuls d’indemnités locales » (32%) – Zéro réponses
Apparemment le « programme commun UMPS », du dédain et du mépris, semble bien marcher.

Le PS risque d’avoir du mal à faire passer sa « promesse » de n’admettre qu’un seul mandat, d’autant que selon les réponses obtenues de la parts de membres, au global, ils sont presque tous d’accord pour un seul mandat, …….. mais demain !
Effet d’annonce ou programme percutant et sans appel pour ramener l’électorat qui déserte……

Tous ces éléments sont tirés de http://www.marcfievet.com/article-i...

Avez vous calculé si vous pouvez bénéficier du « bouclier fiscal » ?
http://www.marcfievet.com/article-l...

et pour les nostalgiques de la « souveraineté du Peuple » s’il en reste :
http://www.marcfievet.com/article-r...

Ce n'est pas au Peuple de croire, sans preuves, la volonté de ses soi-disants représentants, ce sont eux qui doivent apporter la preuve qu'ils oeuvrent, véritablement, pour le bien-être du Peuple, pour être respectés en tant que parlementaires, parce qu'ils respectent leurs mandants.

Or nous sommes loin de ce respect dû au Peuple.
Nous ne demandons qu'à suivre vos exemples et ne vous étonnez pas si nous vous répondons à l'encontre de vos espérances, puisque nous ne faisons que vous copier!
Souvenez vous "on ne peut respecter que ce qui est respectable...."

Kelly-Eric Guillon

http://www.marcfievet.com/article-l...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.