Réaction à la disparition de Jean Frechet...

C'est avec une profonde émotion et une infinie tristesse que j’ai appris ce matin le décès de Jean Fréchet.

Très affaibli par des problèmes de santé depuis mi 2009, Jean s'en est allé à l'âge de 75 ans rejoindre les anges.

C’est un pionnier qui vient de nous quitter : ordonné prêtre de la paroisse St Paul en 1962, dès son retour de la guerre d'Algérie, il a toute sa vie durant tendu la main aux plus nécessiteux, aux "cabossés de la vie" comme il se plaisait à dire.

Modèle d'abnégation, de bonté, d'ouverture, homme de sagesse, cet homme venant des Terres Froides a construit à Grenoble mais également à travers des actions à destination d'autres publics (Hôpital au Pérou par exemple) un réseau de chaleur, d'entraide, un havre de paix, un îlot de vie.

Le pain, le gîte, "la remise en piste dans la vie pour les personnes en détresse", la dignité pour les plus démunis étaient son quotidien.

Ses distributions alimentaires à l’Eglise Saint Paul, ont secouru un nombre toujours croissant d'indigents.

Jean donnait espoir, énergie et perspectives à une large population en souffrance.

Son action ne s'arrêtait pas au simple don, il a également construit un cercle vertueux à travers ses fermes où les travailleurs produisaient des aliments revendus au profit de son association afin d'aider encore un peu plus.

Jean Fréchet nous manque déjà, même si avec lui, je partageais cette conviction de l’après…

En présentant mes condoléances les plus sincères à sa famille et à ses proches, je forme le vœu que beaucoup trouvent dans ce parcours d’exception, une source de courage et d’inspiration.

Commentaires

1. Le dimanche 20 mars 2011, à 16 h 15 par FRECHET SANDIE

merci pour ce bel hommage rendu à mon oncle .

2. Le dimanche 20 mars 2011, à 16 h 20 par FRECHET SANDIE

contrairement à ce qui est écrit dans la presse, les funérailles en l'église de LE PASSAGE mardi 22 Mars 2011 n'auront pas lieu dans l'intimité, mais en toute simplicité comme il le souhaitait....

3. Le jeudi 24 mars 2011, à 13 h 54 par Alexandre

mes pensées vous accompagnent en cet instant et le rejoignent où qu'il soit. Je garderais de lui un souvenir tendre, et le bruit joyeux d'une conversation amorcée autour d'une table et d'un verre de vin rouge. Puisse son travail auprès des plus démunis d'ici et d'ailleurs se perpétuer

4. Le dimanche 27 mars 2011, à 16 h 04 par gérard seel

jai connu le "père Frechet " a Grenoble- et je l'admirais pour son oeuvre... dans la droite ligne du message de jesus... = vous m'avez donné a boire et a manger....

5. Le dimanche 27 mars 2011, à 16 h 04 par gérard seel

jai connu le "père Frechet " a Grenoble- et je l'admirais pour son oeuvre... dans la droite ligne du message de jesus... = vous m'avez donné a boire et a manger....

6. Le lundi 28 mars 2011, à 00 h 18 par Odile

Je voulais vous remercier pour votre fidélité à Jean et à l'amitié que vous aviez conservé tous deux.
Vos dernières visites à l’hôpital l'avaient rempli de joie, et il ne tarissait pas les éloges à votre égard.
Vous êtes vraiment son digne successeur comme il aimait le dire. Merci encore pour votre présence, pour vos témoignages et votre action. Jean vous accompagne.

7. Le lundi 28 mars 2011, à 11 h 19 par Marie-laure Pinelli

Bonjour Stéphane. Ce petit mot pour vous remercier de l'hommage rendu au Père Jean Frechet. Je me permet de le publier sur mon mur, il sera lu au Pérou , là où tant de grandes choses ont pu être réalisées, grâce à lui, dont un hôpital au "bidonville" d'Arequipa qui porte son nom. Merci de continuer pour tous ces gens dans la détresse.... Ces dernières phrases étaient celles d'un visionnaire, que devient le monde, que devient la terre ? Il n'aura pas vu grand chose du 21ème siècle, et c'est tant mieux !
merci, bonne continuation

8. Le jeudi 31 mars 2011, à 01 h 51 par Clément NYEMBO

Dieu m'a préservé, j'ai échappé bel ! C’est étonnant que je n’aie pas été là. Je suis à Grenoble toute l'année la seule fois que je pars pour une formation en Charente- Maritime, c'est le moment que le Père Fréchet a choisi de rentrer. Il m'a préservé, de la peine, des douleurs, de la faim, du froid. Il me voulait au chaud, à table, dans un confort… Il savait si j'étais là ça ne serait pas bon pour moi. J’aurai laissé couler mes larmes, j'aurai eu de la peine. Père des pauvres, qui ne faisait ni distinction de race, ni de religion ni de statut. Père au vrai sens du terme qui ne laissait personne sur le bord de la route, lui qui mouillait chaque jour sa chemise pour nous. Lui qu'on faisait parfois passé pour un fou. Ils ont bien raison, oui un fou en amour pour les pauvres. Il a tout donné jusqu'à sa santé. Le père Fréchet est une légende dans ce siècle où chacun ne pense qu'à son ventre. Il a donné sans compter, il n’a jugé personne, il ne faisait que dénoncer. « La terre et ses richesses sont à tous, chacun a droit à un bout de terre » disait-il. Il nous manque notre père Noël. Je suis passé hier à la paroisse Saint Paul, son esprit m'a hanté cet endroit reste pour moi un symbole de la lutte contre la misère. Ils peuvent l’appeler comme ils veulent mais pour moi, c’est la paroisse saint Paul sans frontière. Parce que à cette paroisse l’amour du Père Fréchet à détruit les frontière et les barrières. Il n'est pas mort, il vit au cœur de nos vies. Merci père Fréchet, vous êtes au prêt de celui que vous avez témoigné toute votre vie durant, celui en qui vous avez cru et vous avez fait croire aux pauvres mécréants.

9. Le dimanche 12 janvier 2020, à 09 h 44 par Jean noel

J ai eu l'immense honneur de connaitre le père jean frechet, qui nous a sorti de la galère, moi et mon épouse. A l epoque, c,était en février 1996, il nous avait logé dans les caravanes qu il possédait devant sa paroisse, puis, à la ferme de Méribel_lanchatre... c'était un homme de cœur, un homme de dieu, un très grand homme. Reposez en paix au coté du seigneur jean

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.