Création d'un collectif d'habitant - Réaction -

Réaction à l'article du Dauphiné Libéré du 10/10/2011

La densité n’est plus simplement une quantité que l’on mesure, elle est aussi devenue un objectif très mal expliqué depuis le Grenelle 2.

La problématique de l’étalement et du renouvellement urbain est au cœur des préoccupations actuelles en matière de planification, d’aménagement et de développement durable des territoires. Elle entretient une relation étroite avec l’évolution du peuplement et la gestion sociale et sociétale des différents espaces.

Pour de nombreux urbanistes, aménageurs et architectes, la densité est indispensable à la durabilité des villes. Beaucoup de professionnels préfèrent parler de « ville compacte » pour renvoyer non seulement à la densité, mais aussi à la mixité fonctionnelle et à la concentration de l’urbanisation.

Ici les préoccupations des habitants traduites par ce collectif sont légitimes ; elle ne peut être renvoyer d'un revers de manche en évoquant « l'instant d'un suffrage ». Ces préoccupations font parties également de nos préoccupations, et nous les avions formulé lors de la campagne municipale.

Les études sur les avantages environnementaux de la densité pour les déplacements souffrent de sérieuses limites méthodologiques et pédagogiques, et nous manquons sérieusement de recul, notamment sur les nouvelles expériences en éco-construction.

Les urbanistes, les aménageurs et les élu(e)s doivent privilégier encore plus ces démarches avec les habitants, mais aussi une véritable approche morphologique de la densité en appréhendant la densité bâtie.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.