Après le reportage racoleur et stigmatisant d'Envoyé Spécial, exigeons un droit de réponse de France Télévision pour révéler le beau visage de Grenoble et de la Villeneuve !

L'emission "Envoyé Spécial" diffusée sur France 2 jeudi 26 septembre 2013 et consacrée au quartier de la Villeneuve à Grenoble n'a recherché que le sensasionalisme, au détriment d'un véritable travail journalistique, stigmatisant ainsi un quartier pourtant dynamique, citoyen et engagé pour ses habitants. Nous refusons ce traitement médiatique dégrandant, et demandons des explications au PDG de la chaîne.

sZi2bcp-kWBFx55MJ9CV9Tl72eJkfbmt4t8yenImKBVaiQDB_Rd1H6kmuBWtceBJ.jpg

Monsieur le Président,

C’est en citoyens blessés que nous nous adressons à vous aujourd’hui, dans une démarche exceptionnelle, empreinte de gravité.

Élus, responsables associatifs, habitants de Grenoble et de la Villeneuve, nous restons choqués et consternés par le reportage intitulé "Villeneuve, le rêve brisé" diffusé hier soir, jeudi 26 septembre 2013, dans le cadre de l'émission "Envoyé Spécial".

Nous étions nombreux à redouter une nouvelle présentation stigmatisante de la Villeneuve, et les contacts que la journaliste a noués lors de son court passage à Grenoble avaient accru cette crainte. Tout le quartier a évoqué alors sa recherche incessante d’armes visibles à l'écran. Chaque personne interviewée a eu le sentiment, malgré ses dénégations, que seuls le sensationnel et le négatif l'intéressaient, ainsi que le misérabilisme anxiogène, dans sa quête d’une femme élevant seule ses enfants capable de décrire ses difficultés. Si la journaliste s'est heurtée à autant de méfiance de la part des habitants, c'est que, loin d’une omerta trop facilement évoquée, ceux-ci ont refusé d’endosser les rôles caricaturaux qui leurs étaient destinés.

Il ne s'agit en aucune façon de nier ici les problèmes que connaît la Villeneuve. Dans ce quartier, comme dans beaucoup d'autres dans notre pays, les difficultés économiques et sociales sont lourdes et nous agissons inlassablement pour améliorer le quotidien et redonner de l’espoir. Mais nous avons vécu les événements de l'été 2010 et nous connaissons le lourd tribut que paient les habitants de la Villeneuve à la stigmatisation qu’elle soit politique ou médiatique.

Alors nous n’acceptons pas de voir notre quartier réduit à ces séquences nocturnes dignes des pires reportages sensationnalistes, nous refusons la collection de clichés faciles et humiliants que ce reportage agrège, nous sommes en colère face à tant d’amateurisme, de caricature et au final, de mépris.

Comment ne pas montrer, même brièvement, la vitalité associative qui fait la richesse quotidienne de la Villeneuve ? Comment ne pas évoquer les services publics, les équipes pédagogiques, les travailleurs sociaux, les éducateurs sportifs qui rendent possibles tant de belles réussites humaines et professionnelles ? Pas un sourire d’enfant, pas une note positive. Tout est cynisme et provocation dans ce reportage. « Enfant soldat », « terrain de guerre »… les mots utilisés vont de pair avec des méthodes peu glorieuses qui conduisent un jeune cagoulé à essayer son arme pour la caméra en pleine nuit au milieu du quartier… Laisser affirmer un jeune qu’il n’a a jamais été au ski alors que tous les écoliers de la Villeneuve y sont initiés pendant leur scolarité, affirmer à tort et sans avoir vérifié l’information qu’une « quarantaine de familles roms seraient hébergées dans le quartier » en excitant les tensions, est la marque d’une incurie professionnelle mais surtout d’une irresponsabilité accablante de la part du service public de l’audiovisuel.

Ni vous, ni vos collaborateurs n'auront à souffrir dans leur vie des conséquences de ces quelques minutes télévisées. Depuis hier, une ville, un quartier sont stigmatisés une nouvelle fois ! Des efforts collectifs, des mobilisations associatives, des politiques publiques sont tout simplement piétinées, foulées au pied du sensationnel et de l'anxiogène.

Nous considérons qu’une limite a été franchie et nous n’acceptons pas de voir ainsi bafoués tous les efforts déployés pour ce quartier que nous aimons. Il en va de l’avenir des femmes, des hommes et des enfants qui y vivent, et plus généralement de la cohésion sociale d’une ville par ailleurs reconnue pour son dynamisme économique, ses innovations sociales, son rayonnement international.

C’est pourquoi nous souhaitons engager un dialogue avec vous, en responsabilité, pour recueillir vos explications, prévenir ce type de dérives, réparer ce qui peut l’être. Nous informons de cette démarche le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ainsi que la Ministre de la culture et de la communication.

En vous remerciant de l'attention que vous porterez à ce courrier, et dans l'attente du dialogue indispensable que nous souhaitons avoir avec vous, soyez assuré, Monsieur le Président, de notre parfaite considération.

Co-signez ce courrier...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.