« En 25 ans, la misère s’est précarisée »