Un budget 2017 amputé de 46% de ses amendements et de 100% des pratiques démocratiques

L’assemblée Régionale d’Auvergne Rhône-Alpes d’aujourd’hui s’annonce -une fois n’est pas coutume - mouvementée. A l’ordre du jour : le budget primitif 2017 et ses amendements.

Et ce n’est pas moins de 41 amendements déposés par l’opposition de gauche et écologiste qui ont été déclarés irrecevables par Laurent Wauquiez :

  • 14 pour le groupe Socialiste, Démocrate, Ecologiste et Apparentés
  • 13 pour le groupe du Rassemblement Citoyen, Ecologiste et Solidaire
  • 11 pour le groupe du Parti Radical de Gauche
  • 3 pour le groupe de l’Humain d’Abord – PCF - FDG

Évidemment, rien à déclarer du côté des groupes de la majorité : les 3 amendements de l’UDI et l’amendement unique du Modem figurent bien dans la liste des amendements soumis au vote.

Les Républicains ne se sont pas donné la peine de faire des propositions.

C’est du jamais vu dans notre collectivité.

IMG_7531.JPG

Le vote du budget et le débat qui l’entoure sont des moments cruciaux pour notre démocratie régionale.

Aujourd’hui, ce débat est privé de 46% des amendements qui ont été déposés en bonne et due forme ce lundi midi.

L’opposition ne peut qu’y voir une nouvelle fois, l’arrogance et le mépris du Président de Région.

Le droit d’amendement est un droit fondamental pour les élus. Il est piétiné allègrement par la majorité régionale sans aucune justification tenable : les arguments développés pour le refus des amendements sont applicables de manière aléatoire (si l’on suit l’argumentation du refus, la plupart des amendements acceptés auraient dû être déclarés irrecevables) et ne s’appuient sur aucune base légale.

C’est à se demander si Laurent Wauquiez n’a pas feuilleté le catalogue politique des amendements déposés, puis choisi les sujets qu’il voulait voir inscrits à son ordre du jour, tout en mettant sous le tapis les sujets qui fâchent (dotation lycées, A45, Illico Solidaire…).

Les groupes SDEA, RCES, PRG, et PCF déposeront dans les 2 mois un recours pour excès de pouvoir auprès du tribunal administratif de Lyon.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.