Le plan de prévention "Vers une Région Auvergne-Rhône-Alpes sans SIDA", n'interesse pas Laurent Wauquiez

À quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida, et comme en Région Île-de-France, notre région aurait pu s’honorer d’intensifier sa lutte contre le virus du sida, au-delà des dispositifs du « Pass Région », car même si la prévention de notre jeunesse est importante, toutes les générations doivent être pris en compte dans cette notion de prévention…

sida.png

En 2016, 400 personnes ont découvert leur séropositivité dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes. 400 cas de trop...

En effet, aujourd’hui, et grâce au dynamisme de la recherche et des professionnels de santé, aux dispositifs de prévention, aux nouvelles possibilités thérapeutiques, nous avons les moyens d’en finir avec cette épidémie.

Telle est l’ambition du « Plan de prévention pour une Région Auvergne-Rhône-Alpes sans SIDA » évoquée, lors de la présentation de cet amendement.

Pour atteindre l’objectif d’une « Région sans SIDA » dans la prochaine décennie, nous devons poursuivre et intensifier notre lutte contre le virus du SIDA en renforçant l’accès aux outils de dépistage, en menant des actions de communication auprès des publics concernés, en renforçant la diffusion de l’information notamment dans les établissements scolaires de la Région.

La Région aurait pu entreprendre des actions transversales de prévention dans le cadre du « Plan de prévention pour une Région Auvergne-Rhône-Alpes sans SIDA » :

  • Assurer la gouvernance et l’animation du Plan en mobilisant les acteurs institutionnels, les collectivités locales, le milieu associatif, les établissements de santé, l’Agence Régionale de Santé.
  • Développer l’offre de distributeurs de préservatifs dans les lycées.
  • Subventionner la diffusion d’autotests de dépistages.
  • Renforcer les soutiens financiers aux acteurs associatifs.
  • Soutenir la recherche et les équipes qui développent des travaux sur le VIH.
  • Renforcer la formation des professionnels de santé sur les nouveaux enjeux de la prévention dans les instituts de formation sanitaire et sociale.
  • Compenser les déséquilibres territoriaux en matière d’accès aux moyens de prévention, de dépistage et de soins.

Nous avons donc proposé d’allouer 1 million d’euros par an à la mise en place du « Plan de prévention pour une Région Auvergne-Rhône-Alpes sans SIDA » à la ligne « Propositions du Président », en remplaçant les 1 998 000,00 par 2 998 000,00.

Cette augmentation aurait pu être gagée par une diminution de 1 000 000,00€ en section de fonctionnement, au chapitre 933 à l’article 623, sur la Publicité, la Publication, et les Relations Publique...

Laurent Wauquiez et son exécutif ont préféré rejeter notre amendement...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.