RCF - 15, 18, 115 : faut-il regrouper les numéros d'urgence ?

Après la mort de Naomi Musenga mal diagnostiquée par le SAMU, le conseiller régional isérois Stéphane Gemmani propose de mutualiser les moyens des numéros d'urgence.

Image_PNG-96342BD6E500-1.png

C’est un appel téléphonique d’une personne en détresse qui a mis la lumière sur des dysfonctionnements au sein de nos services de santé : Naomi Musenga a appelé le SAMU de Strasbourg le 29 décembre 2017 pour de fortes douleurs au ventre. Mais elle n’a pas vraiment été prise au sérieux par l’agente du SAMU qui lui a conseillé d’appeler un médecin avant de raccrocher.

Naomi Musenga est finalement morte le jour même à l’hôpital d'une "défaillance multiviscérale sur choc hémorragique". Une enquête préliminaire pour non-assistance à personne en péril a été ouverte par le parquet de Strasbourg. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a depuis reconnu des dizaines de cas semblables en France.

Pour parler de cette situation, l'invité du 18/19 régional est le conseiller régional de l'Isère Stéphane Gemmani. Fondateur du SAMU Social de Grenoble, il siège à la commission Santé au Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes et fait partie du groupe "Socialistes et démocrates".

Il propose de généraliser le regroupement des plateformes téléphoniques d'urgence (15,18 et 115) pour avoir un service plus efficace.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.