Soutien au dispositif « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée »

Mon intervention...

44% des personnes au chômage en Auvergne-Rhône-Alpes sont au chômage depuis plus d’un an et a augmenté de plus de 8% sur l’année 2018.

Pourtant, on le sait, le chômage de longue durée est le plus compliqué à combattre, parce qu’il crée des situations d’exclusion professionnelle et sociale durable.

L’un des leviers les plus efficaces de lutte contre le chômage de longue durée reste la formation professionnelle : 18% des français sans diplôme sont au chômage contre 5,6% des français possédant un diplôme bac+2 et équivalent.

Mais, en Auvergne-Rhône-Alpes et comme nous l’avons vu au cours de la discussion sur les amendements dédiés à ce sujet, c’est un outil majeur que notre collectivité a décidé d’abandonner.

Heureusement, des structures réfléchissent et innovent pour apporter des réponses nouvelles au chômage de longue durée.

ATD Quart Monde, en partenariat avec le secours catholique, Emmaüs France, le Pacte Civique et la Fédération des Acteurs de la Solidarité, expérimente, sur 10 territoires, la démarche « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée ».

Cette démarche se base sur 3 principes fondamentaux : personne n’est inemployable, le travail ne manque pas puisque de nombreux besoins de la société ne sont pas satisfaits et ce n’est pas l’argent qui manque puisque le chômage de longue durée crée de nombreuses dépenses et manques à gagner pris en charge par la collectivité.

Cette démarche propose donc de créer des entreprises sur les territoires qui vont recenser les chômeurs de longue durée volontaires, lister avec eux leurs compétences et leurs envies, lister également, auprès des acteurs locaux, les besoins non satisfaits sur le territoire. L’idée est ensuite de faire le lien avec les ressources humaines du territoire et les besoins, tout en embauchant les personnes au SMIC, en CDI. L’amorçage de cette démarche est financée par les dépenses évitées par l’État et les collectivités en sortant les personnes du chômage de longue durée.

Depuis 2016, cette expérimentation montre de réelles avancées. Après 18 mois de fonctionnement, 54% des personnes identifiées sont sorties de la privation d’emploi. Il reste la question de la viabilité économique des Entreprises à But d’Emploi créées sur les territoires à pérenniser, mais la phase d’expérimentation est globalement très positive, notamment quant à la dynamique que cela peut engendrer entre les acteurs locaux.

Emmanuel MACRON s’est engagé à élargir l’expérimentation à de nouveaux territoires. Nous proposons donc que la Région soutienne et encourage les nouveaux territoires qui souhaitent rejoindre cette démarche, comme nous l’avions fait au lancement de l’expérimentation en 2016.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.